Pensées d’une soirée solo

La maison est calme, silencieuse… bonheur feutré que j’enroule autour de moi comme un châle.

Ma fille est couchée, les chats ronronnent doucement, mon amoureux absent. Je suis la seule âme éveillée de cette maison (si ce n’est une petite araignée qui tisse sa toile avec grâce dans un coin).

.


Je t’offre un micro programme en 4 étapes

qui répond aux 3 principales problématiques des femmes,

our te permettre d’obtenir un mieux-être immédiat.

Bouton télécharger cadeau


.

Et si je m’offrais une « grasse soirée » ? Traîner au lit me semble une sympathique idée.

Je me sers un verre d’eau que j’emporte avec moi. Je checke le kit des indispensables : ordi,  téléphone, lunettes, tout est ok.

Je choisis un film, catégorie « romantique », l’insère dans le lecteur, puis me glisse dans mon lit pour m’adonner à mon plaisir solitaire favori : l’écriture.

J’écoute d’une oreille lointaine, « J’avais une ferme en Afrique. » *
L’histoire d’une femme, d’un ami devenu mari, d’un amant, d’un pays. D’une vie. Celle d’une conteuse.

Est-ce pour cela que j’aime autant ce film ? Parce que je me retrouve, dans une moindre mesure, dans le don de l’héroïne de créer et mener une histoire ?

.

J’adore ce moment où chaque mot prend sa place, avec sûreté et confiance. L’imaginaire rend tout possible : « Il était une fois, une baleine peu ordinaire, à laquelle des jambes poussèrent. Huit pattes et trente-deux orteils précisément. Elle décida immédiatement de devenir la première baleine exploratrice de la jungle birmane ». Hum, il s’agit apparemment d’une aventure destinée aux jeunes enfants.

Et si je parlais d’une Joséphine ? « C’est une ferme centenaire au sol de terre, au toit de chaume et aux murs de pierre. Chahutée à tout moment de l’année par le vent de mer. Une femme, jeune encore comme on pouvait l’être en ce temps là, y vit avec ses quatre enfants, dont trois fils. » Pauvre petite Joséphine, il me semble bien que ta vie va se préciser sous la forme d’un drame. J’essayerai de l’égayer, peut-être. Ou bien je te sacrifierai pour émouvoir mon auditoire. Qui peut savoir ? Pas moi à ce moment là de l’histoire en tout cas.

.

Tout me pousse à écrire ces derniers temps. Les signes fusent tels des étoiles volantes. Ils m’apparaissent avec une clarté grandissante. Je laisse faire. J’observe ce qui vient du coin de l’oeil. Je ne force pas.

Il se pourrait qu’un jour je ne puisse plus m’arrêter d’écrire jusqu’à construire un roman complet. Ou peut-être pas. « Là ou me mènent mes pas, j’avance sur la route faite pour moi. »

(Ne cherchez pas de qui est cette citation, je viens de l’inventer 😉 ).

.

Je crois en la mission de vie. Si la mienne me conduit à cela, alors pourquoi me poserai-je mille questions ? Avancer en confiance, sereinement, c’est tellement plus simple et reposant.

Cela est certainement la raison pour laquelle mes clientes m’accordent leur confiance pour les accompagner dans une période trouble de leur vie : je suis tranquille, assurée. Je sais.

Et si cela est ma mission de vie, c’est un magnifique cadeau pour lequel je me sens pleinement heureuse et satisfaite.

.

*« Out of Africa », pépite parmi les pépites.


Tu aimes cet article ? Tu penses qu’il peut être utile à une personne de ton entourage ? Partage-le par mail ou sur tes réseaux sociaux !

pensees2

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s