Progresser vers sa vie en mieux

L’ego et le coeur, vers lequel pointer son curseur intérieur ?

« Wouah les filles, je suis éditée / mon livre est publié / je l’ai dans les mains ! »

Ces phrases sont à plusieurs reprises apparues sous mes yeux ces derniers jours sur mon mur Facebook, dans des groupes que je suis ou encore dans des mails que je reçois.

Et j’ai été étonnée par ma réaction. Ou plutôt mon manque de réaction.

.

Auparavant, j’avais toujours un pincement au coeur, une petite pointe d’envie, de franche jalousie même, lorsqu’une personne atteignait ce que je considérais comme la finalité de ma quête personnelle, le Saint Graal, .
Etre publiée… était encore récemment la plus haute étoile dans mon ciel de souhaits.

Mais finalement aujourd’hui, je m‘en fous. Cela n’a plus d’importance.

Pourquoi ? Parce que mon curseur intérieur ne pointe plus vers l’ego. Je l’ai déplacé vers le coeur. Et cette toute nouvelle posture change tout. C’est une pirouette complète de qui je suis. De qui j’étais. De qui je deviens en tant que créatrice de ma vie.

.

ego-coeur2
Tu aimes cet article ? Tu penses qu’il peut faire écho à une personne de ton entourage ? Alors partage-le par mail ou sur tes réseaux.

.

L’ego c’est quoi ? C’est cette part en moi qui a besoin de se déterminer par rapport aux autres. Elle ne se suffit pas à elle-même. Sans rien sur quoi s’appuyer, elle n’a plus de raison d’être. Elle meurt.
L’ego a besoin de prouver. Il a besoin de faire. D’exister en dehors de lui-même. « Moi aussi je suis capable de », « Moi aussi, je suis parvenu à ».

Bien sûr, l’ego est utile. C’est un moteur efficace. Mais limité tout de même. C’est un peu notre bras armé de combattant qui s’élève. Que fait-on de tout le reste de notre corps ?

Et puis quelle est la finalité d’une quête menée par l’ego ? Parce que le résultat est bien futile finalement, tout petit, riquiqui. « J’ai atteint la plus haute marche du podium pour satisfaire mon ego ? » La belle affaire !

Lorsque je voulais être éditée, c’était pour prouver au monde, à ma famille, à moi-même que « ça y est, j’ai réussi ! ». Mais j’ai réussi quoi ? A exister dans un objet extérieur à moi ? A devenir un peu « immortelle » ? A être reconnue ? A avoir un livre de plus dans ma bibliothèque ?

J’ai envie de dire, and so what ?

La finalité est JUSTE, c’est ce que je plaçais derrière qui ne l’était pas.

.

Je plaçais quoi derrière ? Un immense manque de confiance en moi, une envie de reconnaissance, un désir inavoué d’être sur le devant de la scène, être récompensée par de l’amour. Je pensais que chacun de ces manques serait guéri par l’obtention de « quelque chose ». Que pour ma part j’ai nommé « livre », mais cela aurait pu être identifié par une toute autre chose.

Ce que je n’avais pas compris est que cela ne m’aurait pas apporté ce que je recherchais (combler les manques), que cela ne m’aurait pas rendue plus heureuse et m’aurait au contraire peut-être complètement perdue !

J’ai aujourd’hui déplacé mon angle de vue. Si je suis un jour publiée, ce n’est pas pour cette finalité « livre », mais pour transmettre un message. Et là, c’est le coeur qui parle.

Tout est dans la posture finalement. Le livre n’est qu’un moyen comme un autre, un véhicule.

Un moyen, pas une finalité.

.

Lorsque le coeur devient le moteur, alors on entre dans l’infini. On n’est plus une petite personne qui fait un petit truc pour obtenir une petite récompense.

Chaque action EST. En elle-même et pour elle-même. Rien de plus, rien de moins.

L’ego est limité, car présent dans des actions successives, cloisonnées dans le temps et dans l’espace. Parce qu’il FAIT.

Le coeur a la capacité de se déployer à l’infini. Parce qu’il EST.

.

Par exemple ce texte que j’écris en ce moment n’a aucune finalité. Je n’ai pas d’attente en l’écrivant. Je n’espère pas de retour.

Bien sûr, s’il trouve son chemin vers des lecteurs en qui il va résonner et s’il permet au moins à une personne de se sentir mieux, de s’élever, de cheminer plus légèrement, c’est merveilleux.

Bien sûr, s’il est commenté et partagé, s’il est source d’échanges, je serai ravie.

Bien sûr, s’il permet à des femmes de comprendre que je suis la bonne personne pour les accompagner dans leur évolution personnelle, je vais être touchée et émue.

C’est mon coeur qui va recevoir tout cela, pas mon ego. Je n’ai plus besoin de combler ces manques. Je me moque de la reconnaissance POUR la reconnaissance (elle était le moteur numéro 1 de mon ego).

Parce que ce que je SUIS et ce que je CREE va bien au-delà d’un objet ou d’une finalité personnelle, bien au-delà de moi : je n’accompagne pas mes clientes pour mon propre bien-être. Je n’écris pas pour me parler à moi-même. Chaque mouvement dans ma vie est plus grand que moi.

Alors tout est fluidité, légèreté, confiance, lâcher-prise, liberté, détente, sérénité.

.

NL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s